FORUM JOHANN SEBASTIAN BACH

FORUM FRANCOPHONE SUR J.S. BACH


    Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Partagez
    avatar
    Pierre Lauwers

    Messages : 100
    Date d'inscription : 02/06/2016

    Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Pierre Lauwers le Mer 15 Juin 2016, 11:43

    Sur Organographia comme sur Facebook, j'ai tenté d'intéresser le monde de l'orgue
    à l'extraordinaire aventure d'Eugen Casparini (1623-1706) et ses successeurs:

    GEORG ADAM, frère du précédent, 1631-1682, actif en Silésie

    GEORG SIGISMUND, fils de G.Adam, 1693-1741 ou 1749, actif
    en Prusse orientale (aujourdhui enclave de Kaliningrad, RUS)

    ADAM GOTTLOB, fils d'Adam Horatio, 1715-1788, actif en Prusse orientale
    et en Lituanie

    ADAM EUGENIUS, fils d'Adam Gottlob, dates inconnues, mais a probablement vécu jusqu'au 19ème siècle, actif en Prusse orientale.

    Eugen Casparini naquit à Sorau, Prusse, près de Frankfurt an den Oder (aujourdhui frontière avec la Pologne).
    Ici les sources divergent: son père, Adam Caspar, aurait selon les uns été facteur d'orgues et lui aurait appris le métier, selon d'autres il n'était pas facteur d'orgues.
    Quoi qu'il en soit, on va retrouver Eugen actif à Venise, Trieste et Padoue jusqu'en 1687, avec un intérim de 1672 à 1674 à la Cour de Vienne, au service de l'Empereur Leopold 1er.
    Après 1687, il passe dans la région que les germanophones appellent "Südtirol", le "Tyrol du Sud"; il s'agit de la partie italienne du Tyrol, connue en français sous le nom de "Dolomites", et où la population est germanophone (Bolzano-Bozen est bilingue comme Bruxelles, avec les mêmes problèmes...); il y reste jusque 1697, après quoi il va terminer sa carrière à Görlitz où il réalisera son fameux Opus magnum.

    A cette date il a déjà 74 ans (on ne parlait pas encore de retraite anticipée!), de sorte que le conseil de la ville de Görlitz fera acter que si le Seigneur devait rappeller à lui Eugen Casparini en cours d'ouvrage, son fils Adam Horatio reprendrait le contrat.
    Le père et le fils mirent 6 ans pour construire l'orgue, inauguré en 1703.

    Casparini construisit des abrégés en métal pour cet orgue, ce qui lui permit de gagner de la place; encore une innovation à mettre à son compte!
    Il ne rencontra hélas pas d'ancêtre de Ch-S Barker...Et la mécanique à Görlitz fut critiquée par J-S Bach car trop dure: "Ein Pferdeorgel" dit-il, un orgue "de cheval"!
    Eugen Casparini était considéré comme un Maître en matière d'harmonisation. On disait de lui qu'il pouvait faire sonner un tuyau de métal comme un tuyau en bois, et réciproquement.

    L'orgue fut réceptionné en 1703 par le facteur d'orgues Johann Rätzel et le directeur de la musique et organiste de Zittau, Johann Krieger.
    C'était alors le plus grand instrument de Silésie (une région qui ne manquait pas d'orgues!)
    Malgré une compétition acharnée entre les localités, l'orgue de Görlitz ne fut pas dépassé en la matière......De tout le 18ème siècle!

    Le buffet fait 14,40 Mètres de haut et 10,30 Mètres de large. Il fut l'oeuvre de Johann Conrad Büchau. Il fut mondialement connu pour ses dix-sept "Soleils", dont les rayons......Etaient constitués de 12 tuyaux, correspondant à une marche.....De la fameuse Pedalmixtur de 12 rangs!
    Les anges jouaient de vrais tuyaux de Trompette de Pédale, eux aussi au nombre de 17, de sorte que sur le sommier ces deux jeux ne comportaient que les 9 notes restantes.
    Ils étaient commandés à la console non par une commande de registre classique, mais par une soupape (tiens tiens tiens....!)

    L'orgue fut décrit dans un Pamphlet par son premier titulaire, Christian Ludwig Boxberg: "Ausführliche Beschreibung der Grossen neuen Orgel in der Kirchen zu St-Petri und Pauli allhie zu Görlitz"

    Le texte intégral de ce document majeur est disponible sur Google books ici:

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Mais outre les critiques de Bach, Johann Andreas Silbermann, qui le visita en 1741, déplora la mécanique "compliquée et dure" ainsi que la soufflerie -les Silbermann devaient pourtant pas mal à Casparini-.
    Il est certain que les nombreuses innovations introduites par Casparini devaient jouer des tours.

    L'orgue resta cependant intouché jusque 1894, où prit place une restauration par Schlag & Söhne. Cette restauration fut superficielle, et on n'en a pas le détail.

    Mais il est évident qu'un tel orgue, "préfigurant tant d'excès à venir" (dixit Lawrence Phelps) allait constituer une énorme épine dans le pied des néo-baroques; plus "baroque" que ça, c'est inimaginable (encore que Weingarten n'est pas mal non plus et a été conservé, lui, et heureusement), mais il n'est pas une idée, pas une théorie de l'Orgelbewegung qui ne soit radicalement contredite par cet instrument extraordinaire.
    En conséquence, il fut un des tous premiers instruments démoli suite à l'Orgelbewegung, dès....1926.
    Il ne resta que le buffet, une série de tuyaux en Cyprès de l'Ondamaris, et les fameux Soleils avec leurs tuyaux de la Mixture de Pédale.

    A l'heure actuelle, le buffet contient un instrument néo-classique "à l'envers" de Mathis (CH), 1997.
    avatar
    Pierre Lauwers

    Messages : 100
    Date d'inscription : 02/06/2016

    Re: Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Pierre Lauwers le Mer 15 Juin 2016, 11:50

    Voici retranscrite en clair la composition de l'orgue de Görlitz en 1703:



    HAUPTWERK

    Prinzipal 16'
    Prinzipal 8'
    Vox humana 8' (ondulant, en fait "Voce umana"!)
    Viola di Gamba 8'
    Rohrquinte 5 1/3'
    Superoctave 4'
    Salicet 4'
    Offene Flöte 4'
    Gedacktpommer 4'
    Decima nona 2 2/3'
    Plockflöt 2'
    Zink 2r 2 2/3'-1 3/5'
    Rauschpfeife 2r
    Mixtur 3r
    Bombart 16'

    OBERWERK

    Quintaden 16'
    Prinzipal 8'
    Ondamaris 8'
    Octave 4'
    Gedeckte Fleut 4'
    Spitzflöt 2 2/3'
    Sedecima 2'
    Glocklein-Thon 2'
    Super-Sedecima 1 1/3'
    Cornetti 3r : 5 1/3'- 4'- 3 1/5'
    Scharf 2r
    Cymbel 2r

    BRUSTWERK

    Gedackt 8'
    Prinzipal 4'
    Octave 2'
    Nasat 1 1/3'
    Sedecima 1'
    Scharf-Mixtur 2r
    Hautbois 8'

    PEDAL

    Gross Prinzipal 32'
    Octave 16' (ext?)
    Quintaden 16'
    Bordun 16'
    Quintaden 8' (ext)
    Tubalflöt 8'
    Gemshorn 8'
    Gross Quinte 5 1/3'
    Tubalflöte 4' (ext)
    Jubal 4'
    Super-Octave 4'
    Bauernflöte 2r 1 1/3'
    Helle Cymbel 2r 1 1/3'
    Scharf 2r
    Mixtur 12r (!)
    Mixtur 5r
    Posaune 16'
    Fagotti 16'
    Krummhorn 8'
    Tromba 8'
    Jungfernregal 4'

    A la Pédale, il semble que Casparini ait expérimenté avec des formes primitives de Kegellade, sur base du sommier à ressorts (qu'il a rencontré en Italie) dont les commandes de registres et de notes sont inversées.
    Il y avait trois sommiers de Pédales superposés (et sans doute décalés!!!), avec des extensions pour une partie des jeux, et peut-être des emprunts sur ces fameux sommiers (aux manuels).

    En tentant une synthèse des styles allemands et italiens, Casparini va être le premier à réunir des jeux différenciés par la force d'intonation, puisque l'orgue italien se caractérise, entre autres, par une intonation "amabile", en particulier pour les Principaux, extrèmements chantants.
    Pour cette raison, je pense que cet instrument fut le tout début de l'évolution qui mènera, via l'orgue baroque d'Allemagne du sud et du centre, à l'orgue romantique.
    La description de Boxberg va du reste dans ce sens, signalant des possibilités de registration qui font penser au 19ème siècle,
    tandis que les Plenums de Principaux étaient clairement de style italien; Boxberg parle parfois de "Ripieno".
    A côté de Casparini, les Silbermann, qui passèrent par ses ateliers avant de gagner Strasbourg (et même Paris pour Andreas) sont même plutôt conservateurs.
    D'après quelques rares sources, mais aussi Gerhard Walcker, cet instrument fut le premier à posséder des jeux en extension à la Pédale.
    avatar
    Pierre Lauwers

    Messages : 100
    Date d'inscription : 02/06/2016

    Re: Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Pierre Lauwers le Mer 15 Juin 2016, 12:01

    Le seul site consacré à la dynastie Casparini a déja quelques années,
    mais il vaut le détour (en anglais):

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    Pierre Lauwers

    Messages : 100
    Date d'inscription : 02/06/2016

    Re: Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Pierre Lauwers le Mer 15 Juin 2016, 12:10

    A partir de 1703 donc, l'orgue baroque allemand du Sud et du centre possède un "stock de gènes" identique à celui d'un Walcker du 19ème siècle. Le ver de la décadence se trouve déjà dans le fruit de l'orgue de Bach...

    Quels sont ces gènes sulfureux?

    1)- Avant tout, la notion de "jeu doux".
    S'il connaît les Gambes et les jeux (de fond) harmoniques, l'orgue de
    Praetorius ne connaît que le plein-vent. C'est quand on va juxtaposer
    un Prinzipal nordique sehr stark et un Principale "amabile" qu'on va
    introduire la différenciation (Differenzierung) des voix égales.

    2)- L'harmonisation au pied et non plus seulement à la lumière.
    (Pour l'Allemagne en tous cas. La France ne semble pas avoir connu
    le Plein-vent)

    3)-Les dents des biseaux, méthode qui semble avoir été introduite, ou
    réintroduite, depuis l'Italie. Mais même Schnitger le faisait!

    4)- La réintroduction du "Springlade" ou sommier à ressorts. Ce sommier
    existait bien entendu au Nord. Mais Casparini le rédécouvre en Italie, et fait subir à ce "gène" une mutation qui donne des gravures par registre, et non plus par note;

    5)- L'introduction des jeux ondulants, invention italienne de la Renaissance (Voce umana, Piffaro).

    Loin de correspondre à un type "pur", l'orgue baroque est donc un instrument dynamique (mais qui en doutait à part les plus obtus des néos?), un instrument en perpétuel devenir, qui transforme progressivement les deux types d'orgues de la Renaissance en l'orgue romantique.

    Les orgues que Bach a connus dans sa région, d'avant comme d'après le retour de Casparini d'Italie, correspondent parfaitement
    à cette définition que j'ai mise en italique.
    Parce que si c'est bien Casparini qui a réalisé la première synthèse moderne, volontaire, réfléchie et calculée, de styles d'orgues différents, les synthèses organiques, i.e. "naturelles", involontaires, existaient bien entendu avant dans ces régions
    frontières, vécues et réalisés comme des "traditions locales".
    avatar
    Freedom
    Admin

    Messages : 176
    Date d'inscription : 26/05/2016
    Localisation : Nouvelle-France

    Re: Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Freedom le Mer 15 Juin 2016, 17:06

    Pierre Lauwers a écrit:Voici retranscrite en clair la composition de l'orgue de Görlitz en 1703:
    PEDAL

    Gross Prinzipal 32'
    Octave 16' (ext?)
    Quintaden 16'
    Bordun 16'
    Quintaden 8' (ext)
    Tubalflöt 8'
    Gemshorn 8'
    Gross Quinte 5 1/3'
    Tubalflöte 4' (ext)
    Jubal 4'
    Super-Octave 4'
    Bauernflöte 2r 1 1/3'
    Helle Cymbel 2r 1 1/3'
    Scharf 2r
    Mixtur 12r (!)
    Mixtur 5r
    Posaune 16'
    Fagotti 16'
    Krummhorn 8'
    Tromba 8'
    Jungfernregal 4'

    Je suis estomaqué par la composition de la Pédale proportionnellement aux autres divisions. N'est-ce pas dans l'esprit de l'orgue Scheibe de St-Paul de Leipzig (composition par A.H. Casparini)?
    avatar
    Pierre Lauwers

    Messages : 100
    Date d'inscription : 02/06/2016

    Re: Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Pierre Lauwers le Jeu 16 Juin 2016, 02:46

    Bonjour,

    C'est surtout l'indice d'une construction "non traditionnelle", avec ces trois sommiers, non conventionnels,
    disposés de façon audacieuse, avec des extensions, voire des emprunts.
    avatar
    Freedom
    Admin

    Messages : 176
    Date d'inscription : 26/05/2016
    Localisation : Nouvelle-France

    Re: Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Freedom le Jeu 16 Juin 2016, 13:04

    Pierre Lauwers a écrit:
    Eugen Casparini était considéré comme un Maître en matière d'harmonisation. On disait de lui qu'il pouvait faire sonner un tuyau de métal comme un tuyau en bois, et réciproquement.

    Je me permets de présenter l'orgue fabriqué par Giorgio Questa, afin de donner un exemple aux membres du forum comment un harmoniste peut harmoniser un orgue fait entièrement de tuyaux de bois, et les faire sonner comme des tuyaux en métal.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    Pierre Lauwers

    Messages : 100
    Date d'inscription : 02/06/2016

    Re: Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Pierre Lauwers le Jeu 24 Nov 2016, 12:39

    Vidéo de présentation de l'orgue de Rochester:

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Peter
    avatar
    Freedom
    Admin

    Messages : 176
    Date d'inscription : 26/05/2016
    Localisation : Nouvelle-France

    Re: Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Freedom le Ven 25 Nov 2016, 07:08

    Pierre Lauwers a écrit:Vidéo de présentation de l'orgue de Rochester:

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Peter

    Belle présentation. La reproduction en détail de l'orgue Casparini de Vilnius est vraiment admirable.
    J'aurais voulu voir plus l'intérieur du buffet, mais au moins on peut constater la fidèle reproduction de la distribution du vent.
    avatar
    Pierre Lauwers

    Messages : 100
    Date d'inscription : 02/06/2016

    Re: Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Pierre Lauwers le Sam 21 Jan 2017, 05:44

    Trois nouvelles vidéos à l'orgue de Rochester:

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Contenu sponsorisé

    Re: Eugen Casparini et ses successeurs (17ème et 18ème siècles): l'apparition de l'orgue de synthèse.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 27 Juin 2017, 11:34