FORUM JOHANN SEBASTIAN BACH

FORUM FRANCOPHONE SUR J.S. BACH


    Bach et le mode majeur

    Partagez
    avatar
    Freedom
    Admin

    Messages : 176
    Date d'inscription : 26/05/2016
    Localisation : Nouvelle-France

    Bach et le mode majeur

    Message par Freedom le Sam 02 Juil 2016, 12:49

    Je devais avoir 18 ou 19 ans quand j'écrivis sur l'un de mes livres d'orgues: "Bach est le seul compositeur à être capable de faire
    pleurer le mode majeur
    "

    Bach a quelque fois une façon de traiter le mode majeur avec une sorte de mélancolie lointaine; une tristesse qui est à l'opposée du caractère propre du mode majeur.

    Par exemple, dans la Passacaille et Fugue pour orgue BWV 582, après le majestueux thème obstiné et développé tout autour de do mineur, la fugue avec son thème isolé (par le contre-sujet) débute, et la magie s'opère par une réponse à la dominante brisant ainsi la monotonie du do mineur. Après le développement, un changement de tonalité au ton voisin reprend le thème en mib majeur (29ième mesure à partir de la fugue) puis un divertissement et une réponse à sa dominante (sib majeur) se poursuit. Je n'arrive pas à comprendre comment, mais ce passage en mode majeur exprime une beauté mélancolique qui surpasse ce que le mode majeur puisse pouvoir exprimer.

    Dans un autre exemple, Prélude et Fugue pour orgue en Mi mineur BWV 548, le thème reprend au ton voisin en sol majeur à la mesure 81. Après un entendement profond, lorsque la pédale attaque le sol (mesure 84) puis le fa (mesure suivante), Bach écrit l'une de ses plus belles pages de son oeuvre d'orgue. L'expression harmonique vient transcender le mode majeur avec une expression d'une richesse incommensurable.
    avatar
    Richard Etiévant
    Admin

    Messages : 76
    Date d'inscription : 02/06/2016
    Localisation : Bruxelles

    Re: Bach et le mode majeur

    Message par Richard Etiévant le Dim 03 Juil 2016, 13:01

    D Laliberté a écrit: Je n'arrive pas à comprendre comment, mais ce passage en mode majeur exprime une beauté mélancolique qui surpasse ce que le mode majeur puisse pouvoir exprimer.


    Je ne prétend pas connaître l'oeuvre d'orgue de Bach, même si je l'ai écoutée in extenso (Chapuis). Merci Daniel de me donner l'occasion de revenir à cette partie essentielle de l'oeuvre de Bach, tant il est vrai qu'on ne peut prétendre aimer ce compositeur en faisant l'impasse sur son instrument de prédilection.

    Je note que cette pièce présente la particularité notable de prendre la basse de la passacaille comme thème de la fugue. Je ne sais pas s'il en exisre d'autres exemples. En tout cas il est naturel que le cas soit rare, car généralement les basses de passacaille ou de chaconne sont assez simplistes et ne pourraient engendrer une fugue intéressante. Même la Chaconne de Bach pour violon repose sur une basse des plus banales.

    Le caractère respectif des modes Majeur et mineur est délicat à définir. Mon maître en analyse, Johan Heyse, disait qu'il existe une gradation des tonalités exprimant le bonheur (tons Majeurs à dièses) vers les tonalités tragiques (tons mineurs à bémols)

    Cette gradation est la suivante.
    1) Majeur à dièses
    2) mineur à dièses
    3) Majeur à bémols
    4) mineur à bémols

    Je ne détaille pas, mais selon lui les tonalités Majeures à bémols expriment un manque.

    Je pense que cette vision est tout à fait éclairante et si on l'admet, il n'y a rien de surprenant à ce qu'un passage en Majeur à bémols donne une impression de mélancolie ou de nostalgie.

    En outre, bien que je ne sois pas sûr d'avoir bien identifié le passage en question (je n'ai pas la partition sur papier) il me semble qu'il comporte des progressions (répétitions de motifs à des hauteurs différentes de mesure en mesure - généralement 3 ou 4 maximum) de l'aigu vers le grave. De telles progressions provoquent en général une certaine émotion.

    Ce qui est bien en Analyse, c'est qu'il suffit de quelques mesures pour stimuler la réflexion !
    avatar
    Freedom
    Admin

    Messages : 176
    Date d'inscription : 26/05/2016
    Localisation : Nouvelle-France

    Re: Bach et le mode majeur

    Message par Freedom le Dim 03 Juil 2016, 19:52

    Richard Etiévant a écrit:
    Le caractère respectif des modes Majeur et mineur est délicat à définir. Mon maître en analyse, Johan Heyse, disait qu'il existe une gradation des tonalités exprimant le bonheur (tons Majeurs à dièses) vers les tonalités tragiques (tons mineurs à bémols)

    Cette gradation est la suivante.
    1) Majeur à dièses
    2) mineur à dièses
    3) Majeur à bémols
    4) mineur à bémols

    Je ne détaille pas, mais selon lui les tonalités Majeures à bémols expriment un manque.

    Je pense que cette vision est tout à fait éclairante et si on l'admet, il n'y a rien de surprenant à ce qu'un passage en Majeur à bémols donne une impression de mélancolie ou de nostalgie.

    Votre maître en analyse a raison, mais désolé d'insister encore sur ce point: cela dépend du tempérament que l'on utilise. Par exemple, un mésotonique, un Werckmeister ou un Chaumont vont exprimer des tonalités à dièses ou à bémols de façon totalement différente.

    Contenu sponsorisé

    Re: Bach et le mode majeur

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 28 Juin 2017, 04:56