FORUM JOHANN SEBASTIAN BACH

FORUM FRANCOPHONE DE J.S. BACH


    Fugue inachevée

    Partagez
    avatar
    Daniel Laliberté
    Admin

    Messages : 179
    Date d'inscription : 26/05/2016
    Localisation : Nouvelle-France

    Fugue inachevée

    Message par Daniel Laliberté le Sam 31 Mar 2018, 10:46

    Un commentaire digne d'intérêt écrit par le claveciniste Pascal Tufféry

    "On le sait, Carl Philipp Emanuel Bach, lorsqu’il a fait graver l’Art de la Fugue de son père, juste après la mort de celui-ci, a inclus une fugue inachevée, ainsi qu’un choral (Wenn wir in höchsten Nöten sein). Carl Philipp a écrit que le compositeur est mort avant d’avoir achevé sa fugue, qui serait ainsi sa dernière œuvre, si l’on excepte peut-être le choral, qu’il pourrait avoir dicté de son lit de mort. Pour la plupart des commentateurs, il ne s’agirait cependant que d’allégations, peut-être afin de vendre quelques exemplaires supplémentaires de la gravure – nous doutons pourtant que Carl Philipp ait jamais songé à s'enrichir avec une œuvre aussi peu commerciale... En effet, le manuscrit de ladite fugue est autographe, et écrit d’une main très sûre. Or, personne n’ignore que Bach a souffert de troubles oculaires très sérieux à la fin de sa vie, ayant dégénéré en une quasi cécité lors des derniers mois. Il ne nous plaît pas beaucoup, cependant, de mettre la parole de Carl Philipp en doute. Peut-être y verra-t-on de notre part de la naïveté hors de mise dans un travail musicologique, mais il nous semble inconcevable que le fils ayant le plus fait pour la mémoire de son père ait pu, pour des raisons bassement matérielles de surcroît, affabuler autour de la mort de celui-ci (tout en prônant la sincérité en art dans son Versuch[4]…). D’autant que les exemplaires de la gravure de l’Art de la fugue devaient être destinés à circuler pour une bonne part parmi les proches de Johann Sebastian, notamment d’anciens élèves (les amateurs n'ont jamais éprouvé beaucoup d’attraits pour cette oeuvre…) : on peut imaginer que quelques-unes de ces personnes étaient suffisamment renseignés sur Bach pour avoir été en mesure, le cas échéant, de prendre Carl Philipp en flagrant délit d’arrangement avec la vérité.

    D'autant qu'il existe une possibilité de faire confiance à Carl Philipp : la nécrologie (1754) signale qu’une dizaine de jours avant sa mort, Johann Sebastian a recouvré la vue durant plusieurs heures. La nécrologie a été rédigée par Carl Philipp, certes (avec le concours de Johann Friedrich Agricola, l’un des élèves chéris de Bach), nous n'en préférerons pas moins croire que le Maître a pu profiter de ces quelques heures pour rédiger sa triple fugue (qu’il avait certainement en tête), mais que le répit a été de trop courte durée pour qu’il puisse en achever la rédaction. Ce point de vue a l’avantage, outre celui de nous épargner la difficile tâche de trouver une explication  plausible à l'affirmation de Carl Philipp, de ne pas laisser le monde avec la question insoluble de l’inachèvement de l’œuvre (on a imaginé par exemple que le ou les derniers feuillets auraient disparu, ce qui est incompatible avec le fait que les dernières mesures ‘’s’effilochent’’, les voix s’évanouissant les unes après les autres ; ou encore que Bach aurait fait exprès de laisser l’œuvre inachevée, un peu comme il aura pu proposer des canons sans en donner la solution…).

    Pour des raisons qui tiennent aux connaissances que l’on peut avoir de la genèse de l’Art de la Fugue, et que nous n’exposerons pas ici, admettre que Bach ait pu écrire cette triple fugue à la toute fin de sa vie met assez à mal son éventuelle appartenance à l’Art de la Fugue. La question de cette appartenance est débattue comme on sait avec, de part et d’autres, des arguments convaincants. Ainsi, pour Gustav Leonhardt, elle n'en fait tout simplement pas partie[5]. D’autre part, Leonhardt entend démontrer que l'Art de la fugue a été destiné au clavecin. Disons au passage que la façon dont le grand claveciniste néerlandais écarte la candidature du clavicorde, pour l’unique raison que l’inventaire après décès n'en mentionne pas, nous semble contestable et est, de fait, en contradiction avec au moins une source émanant d’Agricola, le montrant pratiquant cet instrument (l’appétence fort équivoque de Leonhardt pour le clavicorde n’est peut-être pas sans avoir influencé son raisonnement). Pour le reste, la thèse de Leonhardt est, comme on pouvait l’attendre de sa part, solidement étayée."

    ------------------------------------------------

    Le texte complet de Pascal Tufféry ici: http://pascaltufferyclavecinisteetorganiste.blogspot.ca/

    Pour ma part, je fais partie de ceux qui pensent que cette triple fugue n'a pas de lien avec l'Art de la Fugue.
    Aussi, je trouve que cette oeuvre est encore plus admirable.

    Tufféry

    Messages : 2
    Date d'inscription : 31/03/2018

    Oui !

    Message par Tufféry le Dim 01 Avr 2018, 10:58

    Merci Daniel d'avoir inséré un extrait de mon article sur le Forum. Je partage votre avis sur le fait que la fugue inachevée ne ferait pas partie de L'Art de la Fugue. Outre les raisons historiques et circonstancielles que l'on peut avancer, il y a des raisons musicales bien sûr : l'une d'entre elles, et non des moindres à mon avis, c'est que le langage des fugues dont l'appartenance à l'oeuvre ne soulève aucune question est d'une grande cohérence, et que celui de la fugue inachevée s'en écarte sensiblement.
    avatar
    Daniel Laliberté
    Admin

    Messages : 179
    Date d'inscription : 26/05/2016
    Localisation : Nouvelle-France

    Re: Fugue inachevée

    Message par Daniel Laliberté le Lun 02 Avr 2018, 08:16

    Tufféry a écrit:le langage des fugues dont l'appartenance à l'oeuvre ne soulève aucune question est d'une grande cohérence, et que celui de la fugue inachevée s'en écarte sensiblement.

    Effectivement. Il y a une suite logique dans les Contrapunctus. Toutes les fugues naviguent plus ou moins autour du thème. La cinquième note du thème est la sensible (do#). Et tout comme dans le thème de L'Offrande musicale, cette sensible du thème de l'Art de la fugue est cruciale dans le développement des fugues. Or, le thème d'entrée de la fugue inachevée n'a pas de sensible. Il s'agit donc d'un nouveau thème, malgré sa grande ressemblance.
    Je suis sceptique également à la théorie de la quadruple fugue voulant que le thème principal s'ajoute après celui du B-A-C-H, car le thème principal est trop semblable au thème d'entrée de la fugue inachevée. Cela ne tient pas debout.

    Tufféry

    Messages : 2
    Date d'inscription : 31/03/2018

    Re: Fugue inachevée

    Message par Tufféry le Mar 03 Avr 2018, 08:24

    Absolument d'accord là encore : en somme, à mon avis, le 1er sujet de la triple fugue est à la fois trop proche et trop différent de celui de l'Art de la Fugue pour en faire partie.
    avatar
    Richard Etiévant
    Admin

    Messages : 77
    Date d'inscription : 02/06/2016
    Localisation : Bruxelles

    Re: Fugue inachevée

    Message par Richard Etiévant le Jeu 05 Avr 2018, 07:30

    Tout a été dit et écrit sur ces questions.

    La triple fugue fait-elle partie de l'Art de la fugue? On n'en sait rien. Les arguments les plus divers ont été avancés. Mais est-ce important? C.P.E. Bach l'a mise dans le recueil de l'Art de la fugue. Pourquoi ne pas faire comme lui?

    Plus intéressante est la question: Bach a-t-il achevé cette fugue? S'il ne l'a pas achevée, je suis à peu près sûr que ce n'est pas volontairement, pour en faire une sorte d'énigme. En revanche, il arrivait assez fréquemment à Bach de laisser un travail en plan et de n'y plus revenir.
    La fugue se termine sur la dernière page par la voix d'alto seule. C'est d'ailleurs d'un effet saisissant en concert ou au disque. On croit bien entendre Bach rendre le dernier soupir. Mais je crois me souvenir que cette dernière page est une sorte de raté: les lignes de la portée sont mal tracées et finissent en courbe, de sorte qu'il n'était même pas possible de finir la partition sur cette page.

    La question ne peut donc être tranchée. On ne saura jamais si cette fugue a été achevée. Et les tentatives de la finir m'ont toujours mis mal à l'aise. Cela sous-entendrait que la musique de Bach est une sorte d'algorithme, et que des trois sujets traités et de l'entrée hypothétique du quatrième découlerait mathématiquement la fin de la fugue entière? Ce serait dévaloriser le génie de Bach.
    avatar
    Daniel Laliberté
    Admin

    Messages : 179
    Date d'inscription : 26/05/2016
    Localisation : Nouvelle-France

    Re: Fugue inachevée

    Message par Daniel Laliberté le Jeu 05 Avr 2018, 08:26

    Richard Etiévant a écrit:Les arguments les plus divers ont été avancés. Mais est-ce important?

    Est-ce important comme vous dîtes? Pas vraiment

    La grandeur d'âme de cette triple fugue est sous-estimé, malgré aussi sa crise d'identité; pour clavecin? clavicorde? orgue? cordes?

    Quoiqu'il en soit, les trois rondes du sujet permet un développement unique en son genre; une élévation de l'âme, une quiétude, un sommet rarement atteint, une sorte de testament.

    À la mesure 21 lorsque le sujet est inversé, tout est dit !

    L'orgue permet de mieux mettre en lumière l'effet des trois rondes, beaucoup plus qu'au clavecin.
    En revange, la partie basse permet difficilement l'utilisation de la pédale à l'entrée de la deuxième fugue.

    Contenu sponsorisé

    Re: Fugue inachevée

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 25 Avr 2018, 15:42